IE Warning
Votre navigateur doit être mis à jour !

Ce site utilise les dernières technologies web et nécessite un navigateur rapide et mis à jour.
Essayez Firefox ou Google Chrome!






Partager :

Qui a peur de Virginia Woolf ?

du 8 janvier au 3 avril 2016


d’Edward Albee

mise en scène Alain Françon

avec
Dominique Valadié
Wladimir Yordanoff
Julia Faure
Pierre-François Garel

décors Jacques Gabel
lumières Joël Hourbeigt
costumes Patrice Cauchetier assisté de Anne Autran
musique originale Marie-Jeanne Séréro
assistant à la mise en scène Nicolas Doutey
traduction Daniel Loaysa

Production Théâtre de l'Oeuvre et Laura Pels

    Photos : Dunnara Meas
    Pour toute demande de photos non libres, contacter dunnarameas@gmail.com

  • (Photo libre de droit)
  • (Photo libre de droit)
  • (Photo libre de droit)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)

Une Expo photos du spectacle « Qui a peur de Virginia Woolf ? » par Dunnara Meas est présentée au foyer du Théâtre de l’Oeuvre (entrée libre).

Martha, fille du doyen de l’Université, et son mari George, professeur, invitent à l’issue d’une réception un jeune professeur de biologie et sa femme à boire un dernier verre. George et Martha vont jouer à mettre en scène leur rapport et leur drame devant le jeune couple, progressivement aspiré malgré lui dans ce qui va devenir un tourbilon, qui ne s’arrêtera qu’une fois les dernières illusions détruites.

À propos de la Fondation Jacques Toja :

La Fondation Jacques Toja pour le Théâtre soutient la création de "Qui a peur de Virginia Woolf ?" : Première fondation reconnue d'utilité publique, elle rassemble le mécénat des entreprises et des particuliers en faveur de la création théâtrale.

Retrouvez ses actions de soutien auprès des théâtres parisiens ainsi qu'en faveur de l'égalité des chances. Et, pourquoi pas, rejoignez son club de mécènes en bénéficiant de conditions fiscales favorables (IR, ISF...) : www.fondation-theatre.org

Edward Albee
Né à Washington le 12 mars 1928, Edward Albee est adopté à sa naissance par un couple fortuné. Son grand-père dirigeant des théâtres de vaudeville, il se familiarise très jeune avec le monde du théâtre. Il fréquente des écoles pour aristocrates, dont il est renvoyé à plusieurs reprises. A l’âge de vingt ans, il interrompt ses études et quitte sa famille. Après diverses tentatives dans le domaine du roman et de la poésie, il écrit une pièce en un acte, Zoo Story (1958) qui sera refusée à New York, mais jouée pour la première fois à Berlin en 1957. Viennent ensuite La Mort de Bessie Smith (The Death of Bessie Smith, 1959), Tas de sable (The Sandbox, 1959), Le Rêve américain (The American Dream, 1962) et surtout Qui a peur de Virginia Woolf ? (Who’s afraid of Virginia Woolf ?,1963) jouée durant quinze mois à Broadway et qui lui apportera une notoriété internationale. Edward Albee est aujourd’hui l’auteur de plus d’une vingtaine de pièces, la plupart empreinte d’un regard acerbe sur « l’American Life ». Il a été récompensé par de nombreux prix prestigieux dont trois Prix Pulitzer et trois Tony Awards. L’ensemble de son œuvre a été consacré lors de cérémonies d’hommages officielles pour son impact sur la dramaturgie américaine. A la fois professeur, metteur en scène et conférencier, il a enseigné à l’Université de Houston de 1989 à 2003.

Avec sa mise en scène au cordeau, Alain Françon tire le meilleur de cette pièce vertigineuse et glaçante, où le dramaturge américain va très loin dans la lutte sans merci entre le pouvoir féminin et le pouvoir masculin, le loup et la louve, et dans l’analyse des frustrations abyssales que vivent les personnages. Il a réuni un excellent quatuor qui fonctionne à merveille... Julia Faure et Pierre-François Garel donnent aux deux jeunes gens toute la dimension inquiétante que recèle leur apparente normalité... Wladimir Yordanoff, sidérant d’humanité blessée et manipulatrice et Dominique Valadié, la grande Valadié, qui trouve là matière à déployer tout son talent, de la perversité feutrée à la folie tragique. - Le Monde


La comédienne ferait presque oublier Elisabeth Taylor, tant son interprétation est habitée, intense, quasi sauvage... En équilibre périlleux sur un fil de violence et de passion, elle progresse sans jamais vaciller jusqu’au bout du drame. Face à elle, Wladimir Yordanoff maintient en suspens, avec une mordante ironie le bras de fer conjugal... Il fallait le talent d’Alain Françon pour diriger avec une telle précision ce précieux quatuor... en mettant en relief l’ambiguité des personnages, le flou des sentiments qui les lient, la frontière évanescente entre réalité et mensonges. - Les Echos


Horaires :
À partir du 8 janvier 2016
> 21h du mardi au samedi
> le dimanche à 15h

Prix des places :
> 1ère catégorie : 42 €
> 2ème catégorie : 32 €
> 3ème catégorie : 17 €

> Collectivités / Groupes : 35 €
> 10€ pour les moins de 26 ans (du mardi au jeudi, 1h avant le spectacle selon les disponibilités)