IE Warning
Votre navigateur doit être mis à jour !

Ce site utilise les dernières technologies web et nécessite un navigateur rapide et mis à jour.
Essayez Firefox ou Google Chrome!




Acheter des billets

Partager :

Home

À partir du 20 octobre 2015


de David Storey

mise en scène Gérard Desarthe
assisté de Jacques Connort

avec
Carole Bouquet
Pierre Palmade
Valérie Karsenti
Gérard Desarthe
Vincent Deniard

décors & costumes Delphine Brouard
maquillage et coiffure Suzanne Pisteur
lumières Rémi Claude
son Jean-Luc Ristord

Une Expo photos du spectacle « HOME » par Dunnara Meas est présentée au foyer du Théâtre de l’Oeuvre (entrée libre).

    Photos : Dunnara Meas
    Pour toute demande de photos, contacter dunnarameas@gmail.com

  • (Photo libre de droit)
  • (Photo libre de droit)
  • (Photo libre de droit)
  • (Photo libre de droit)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)
  • (© Dunnara Meas)

Dans un jardin, une arrière cour, deux hommes parlent. Jack et Harry échangent de petites répliques, banales, des phrases qu'ils laissent en suspens : le temps qu'il fait, leur première rencontre il y a quelques mois, la visite de la femme de Jack la semaine dernière, les gens en général. Ils sont très attentifs à ne rien dire de personnel, à ne rien laisser échapper qui ressemble à une confidence. Enfin, ils quittent leurs chaises que viennent occuper Kathleen et Marjorie, deux femmes sans âge...
À travers un dialogue élusif et de longs silences, David Storey reconstitue le climat d'oppression et l'univers clos de la maison de santé psychiatrique dont ces personnages sont les pensionnaires.

David Storey

David Storey est né en 1933 dans le Yorkshire. Il a étudié à l'École d’art Wakefield de 1951 à 1953 puis à l'École Slade à Londres. Après ses études d’art et une carrière de joueur de rugby professionnel, il s'est tourné vers l'écriture. Ses pièces produites dans le monde entier rencontrent beaucoup de succès.
David Storey travaille aussi pour la télévision : il adapte Home en 1971 interprété par Sir Ralph Richardson et Sir John Gielgud et Grace, l’adaptation d’une histoire de James Joyce ainsi que son roman This sporting life en 1963 et sa pièce In Celebration.
Il a reçu l’Award Macmillan Fiction en 1960 pour This sporting life, le Prix John Llewellyn Rhys en 1961, l’Award Somerset Maugham en 1963 pour Flight into Camdem, le Prix Geoffrey Faber en 1973 pour Pasmore et le Prix Booker pour Saville en 1976.

La presse en parle...

Home est une réussite. Les dialogues, le rythme, les intonations, le mystère tranquille et sans concessions de la situation : tout est là pour nous rappeler l’univers à la fois chantant et désespéré de Samuel Beckett. Le double attelage inattendu Bouquet-Palmade et Desarthe-Karsenti sont les épatants et émouvants héros de cette voltige. - Le Parisien


La pièce est saisissante car elle renvoie à Beckett ou Ionesco pour la plongée métaphysique doublée de clownerie, elle parle de solitude, d’inadaptation , de souffrance. Elle est en cela universelle et contemporaine. Gérard Desarthe a dirigé ses camarades de manière hallucinante. Ils sont tous remarquables. Des âmes en souffrance qui n’ont pas peur de leurs larmes. Des êtres très humains. Nos frères. - Le Figaro


Une magnifique poésie se dégage de ces cinq personnages, prisonniers d’un hôpital psychiatrique. Il y a de la dérision et de l’humour. Les cinq comédiens abordent leurs personnages avec le grain de folie nécessaire dans des compositions éblouissantes. - Sceneweb.fr


Home parle de ceux qui n'ont plus d'identité sociale. Des reclus. Des enfermés. Des âmes sans domicile fixe. C'est poignant. Très elliptique. Cela nous parle encore. Cela dit quelque chose des rejetés de lavie, de la souffrance mentale et métaphysique. Cela parle de solitude. On pense à Beckett, et à Ionesco pour la clownerie désespérée. On pense à Pascal aussi : ils sont embarqués, nous sommes embarqués. Et lescomédiens sont admirables - Le Quotidien du Médecin


Horaires :
À partir du 20 octobre 2015
> 21h du mardi au samedi
> le samedi à 18h
> le dimanche à 15h

Prix des places :
> 1ère catégorie : 42 €
> 2ème catégorie : 32 €
> 3ème catégorie : 17 €

> Collectivités / Groupes : 35 €
> 10€ pour les moins de 26 ans (du mardi au jeudi, 1h avant le spectacle selon les disponibilités)